225 rue du Fabourg Saint Honoré 75008 Paris

Pour tout renseignement : cdmrehp@gmail.com

© 2018 by SNMRH Réalisation     Courriel:  dr.hanaf@gmail.com

  • SNMRH

La crise des urgences

Communiqué de presse du Syndicat National des Médecins Remplaçants Hospitaliers: Crise des Urgences et intérimaires. Le pays vit actuellement une crise sans précédent dans les hôpitaux, en particulier dans les services cruciaux que sont les Urgences, et ceci du fait de plusieurs facteurs: - d’une part l’augmentation d’années en années de la fréquentation des services d’urgence par la population est liée à la fermeture des structures de proximité; au déficit en médecins généralistes en ville et en campagne, y compris en garde; au vieillissement de la population. - d’autre part au déficit médical en médecins urgentistes, et au peu d’attractivité et de reconnaissance de cette spécialité très difficile, entraînant de trop nombreuses situations de burn-out voire de suicides, et au déficit de personnel paramédical lequel, outre le stress professionnel et les emplois du temps épuisants, est seul et en première ligne face à la violence et aux insultes de certains usagers. Nos « anciens » ont alerté les pouvoirs publics depuis 30 ans, mais les gouvernements successifs, faisant la sourde oreille, ont jugé que pour diminuer les coûts de soins, il convenait de diminuer l’offre de soins. A ce jour la situation des médecins titulaires est devenue tellement tendue que 30% des postes sont vacants. Quand aux paramédicaux,  eux aussi sont pressés au maximum. Car en définitive, tout n’est qu’affaire de gros sous: il faut moins de personnel, toutes catégories confondues, pour que ça coute moins cher. Il faut moins de lits, pour que ça coute moins cher. Tant pis pour les patients qui peuvent bien mariner trois jours dans un brancard du couloir des Urgences, faute de lits d’aval. Tant pis pour les soignants qui peuvent bien continuer à s’épuiser dans l’indifférence générale. Les services d’urgence n’ont tenu jusqu’ici que grâce au dévouement du personnel, toutes catégories confondues. Mais aujourd’hui, "ça craque". On a atteint les limites. Par sa flexibilité l’intérim médical et paramédical est un des moyen de soulager ces services sensibles dans lesquels la continuité des soins doit être impérativement maintenue. Outre nos revendications propres, nous apportons notre soutien entier à tous les soignants des services d’urgence de France. Le SNMRH

75 vues